Please read our student and staff community guidance on COVID-19
Skip to main content Skip to navigation

MCF Assessment Term 1 2015-16


Assessment for MCF in term 1 is two-fold:

  • A formative essay of 1200-1500 words, submitted during the seminar slots on Thursday of week 5, term 1. This essay does not count towards the final mark for the module.
  • And a summative essay of 1200-1500 words submitted by 5pm on Friday of week 1, term 2, via Tabula. This essay counts towards the final mark for the module.

Essay Submission deadlines:

Essay 1 (1200 - 1500 words): to be submitted on Friday 18th December, 12 noon, via Tabula

For essays, please note:

  • These word lengths are strict; that is, there is no variation at either end. They include all footnotes and/or endnotes but exclude the bibliography/filmography, or similar. Staff may stop reading an assessment once the upper word limite has been met.
  • The requirements for submission of summative essays are set out here: First-Year E-Submission. Please read this page carefully.


General essay information

Should you require an extension (in exceptional circumstances), please email me (d.w.lees@warwick.ac.uk) before the relevant deadline to request one. For summative essays, you are also asked to copy in the Director of Undergraduate Studies, Dr Cathy Hampton (c.m.hampton@warwick.ac.uk) in your request for an extension.

Extended bibliographies for the formative AND summative essays in term 1 can be found here. The mark scheme for MCF essays may be consulted here. Read some essay writing hints here.

Formative essay titles:

EITHER write an essay of approximately 1500 words on ONE of the following topics:


1. How successful was Vichy’s ‘National Revolution’?

2. How and why did the Vichy regime collaborate with the German occupiers?

3. Why was there so much violence at the Liberation?

OR write a commentary of approximately 1500 words on the following passage:


Charles de Gaulle, Appel du 18 juin 1940 (radio broadcast)

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous ont fait reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des États-Unis.

La guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la radio de Londres.

Charles de Gaulle, Londres, 18 juin 1940.


Summative essay titles:

Write an essay of 1500 words on one of the following topics:

1. In which ways was the USA perceived as a threat to 1950s France, and why?

2. ‘C’est le fiasco le plus total, la faillite la plus humiliante de notre histoire.’ (Jacques SOUSTELLE, 1973). For whom was the decolonization of Algeria a tragedy, and why?

3. How revolutionary were the events of May ’68 in France?

4. How and why did Hollande win the 2012 presidential elections?